La procrastination structurée

BO2Vous connaissez tous ce qu’est la procrastination, en gros et pour simplifier à l’extrême, ça veut dire qu’on reporte à demain ce qu’on pourrait (devrait) faire aujourd’hui.

On procrastine tous plus ou moins. C’est vraiment un problème qui touche tout le monde.

Mais comment combattre la procrastination ?

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: En parlant d’amour…)

C’est très difficile de la combattre, le mieux je pense est d’utiliser ce « défaut » à son avantage. C’est un peu comme les arts-martiaux, on utilise la force et le poids de l’autre pour se défendre.

Un américain (John Perry) a développé un concept qui se nomme la procrastination structurée, c’est à dire faire une liste de toutes les choses que vous avez à accomplir en hiérarchisant les tâches et en commençant donc en haut par les tâches les plus importantes et/ou les plus rébarbatives (mais qui sont obligatoires).

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Les 3 livres qui m’ont le plus inspiré !)

Procrastiner ne veut pas dire ne rien faire !

En général, quand on procrastine, on fait plein de petites tâches qui apportent peu de valeur ajoutée, voire pas du tout (comme faire du ping-pong par exemple =) ); pour justement éviter de faire les plus importantes, les plus urgentes.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 38 personnalités qui ont echoué au départ)

Donc l’astuce de John Perry c’est de « tricker » (de « fourvoyer »/tromper) votre cerveau en mettant des tâches moins importantes en haut de la liste (tout en se convaincant qu’elles sont importantes). Et en plaçant les vraies actions importantes à réaliser plus bas dans la liste.

Ainsi vous allez réaliser les vraies actions importantes tout en reportant les actions pas si importantes que ça à plus tard.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 8 raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à vous sortir de « l’effet plateau » !)

Voilà ce qu’est la procrastination structurée. Ce qu’on ne peut pas combattre, il faut le retourner/l’utiliser à notre avantage !

 

Et vous, avez-vous déjà entendu parler de ce concept ? L’appliquez-vous déjà dans votre vie courante ?

 


Une réflexion au sujet de « La procrastination structurée »

  1. Bonjour Chris,

    le procrastination est un fléau pour notre productivité et notre bien être intérieur. Pour ma part je pense que c’est mon ennemi n°1. Bien sur parfois il faut savoir lâcher du leste et accepter de procrastiner, sinon cela deviens une obsession…

    Cette technique de procrastination structuré me semble difficile à mettre en place, tromper son cerveau ne ce fait pas si facilement. Je pense que pour procrastiner le moins possible il faut ce concentrer sur la tâche en question et ne penser a rien d’autre, ne pas ce laisser déconcentrer, de plus il faut visualiser les apports futurs que cette tâche nous aura apporté. S’imaginer le résultat une fois fini, ça motive!!!

    A plus.

    David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge