Le monde du travail…

MT3J’ai été salarié plusieurs années, et voilà les leçons que j’ai pu tirer du monde du travail:

Ce ne sont pas les meilleurs qui réussissent le mieux (promotion, ascension…). Au contraire, si vous êtes trop bon, en général on veut se débarrasser de vous (c’est comme les avants-centres prometteurs, on leur casse les tibias), car cela renvoie vos collègues, vos supérieurs à leur manque d’efficacité, de productivité.

C’est un peu comme l’émission « Le Maillon Faible », les plus mauvais s’allient pour éliminer les meilleurs en premier. Un bon élément aura également tendance à partir de son plein gré, cherchant un nouveau challenge ailleurs. (Attention, ce n’est pas parce que vous êtes depuis 20 ans au même poste que ça veut dire que je pense que vous êtes mauvais…dans cet article je parle de mes expériences personnelles dans un milieu très compétitif qui est la vente, qui est un véritable panier de crabes…).

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 15 habitudes à abandonner pour être enfin heureux !)

Je me souviens des paroles d’un collègue à l’époque: « Tu sais Chris, ce n’est pas parce que tu arrives à 8h du matin que tu te feras mieux voir… » alors que je ne venais pas à 8h du matin pour me faire mieux voir, j’étais juste passionné par ce que je faisais et content de venir travailler.

Dans le monde du travail, ceux qui réussissent le mieux sont ceux qui font preuve d’ « ambition » mais pas dans le sens noble du terme. Ils confondent plutôt ambition avec léchage de bottes et piston. Combien de fois j’ai vu des gens incompétents manager des employés qui étaient 100 fois plus compétents (ou qualifiés) qu’eux, tout ça parce qu’ils s’ « entendaient » bien avec le patron ( voire plus…).

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Les 3 secrets du succès !)

D’ailleurs les personnes toxiques (dont je parle dans cet article) excellent à grimper les échelons tout en écrasant les autres.

En fait, je dois dire que j’ai rarement vu « monter » des employés au mérite en France, même si ça arrive encore, et heureusement. Après tout il n’y a pas que les « fils de » et les « pistonnés »/ « parachutés » ou encore ceux qui sont passés sur le canapé qui ont le droit d’occuper les meilleurs postes.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Persévérons !)

Et je pense que c’est plus un problème français qu’américain.

Aux Etats-Unis, le management, comme la mentalité d’ailleurs, est plutôt positif. On vous encourage, vous obtenez une promotion plus facilement, c’est plus sain en général.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Les 7 clefs de la réussite)

En France, et je parle de mon expérience personnelle (sans forcément généraliser; d’ailleurs j’ai travaillé dans certaines sociétés où tout se passait très bien), j’ai vu le management par la terreur, le fait de monter les uns contre les autres (diviser pour mieux régner), la compétition, les coups bas, l’intimidation, le harcèlement, l’abus de pouvoir, le mensonge, la mauvaise foi, les jeux de pouvoir, les jalousies, les coucheries…

Mon conseil: Quand vous tombez dans une structure comme celle-ci, ne perdez pas votre temps, posez votre dem/virez votre patron. La pire chose que vous pouvez souhaiter à ces gens là, c’est de rester là où ils sont: « Vous pouvez vous accrocher à votre travail, de toute façon je n’en veux pas pour tout l’or du monde ! »

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Etre occupé et être productif sont 2 choses différentes ! [3 conseils pour améliorer votre productivité])

Je suis désolé, mais le management « à l’ancienne » ça ne marche plus. Les études prouvent que les individus sont plus productifs dans un environnement de travail sain. Ils devraient lire « Le manager minute » de Ken Blanchard et Spencer Johnson…

Aussi si vous êtes victime de ce type de comportement, il ne faut pas y attacher grande importance, ce n’est pas parce qu’un petit « chefaillon » vous barre la route que ça veut dire que c’est pareil partout (les petits chefs sont souvent les pires, écrasant les autres et faisant valoir le peu de pouvoir qu’ils ont). Souvent, juste en changeant de job, vous occuperez une place plus importante et mieux rémunérée que la leur.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Et si vous gagnez au loto ?)

Vous pouvez très bien avoir des difficultés avec la hiérarchie ou les collègues chez McDo (job étudiant) et cartonné plus tard dans un poste de cadre à plus de 75k€/an.

Tout ça pour vous dire que si vous êtes employé, prenez grand soin de choisir là où vous allez travailler, le travail occupe une partie très importante de votre vie, et vous passez en général bien plus de temps avec vos collègues qu’avec votre propre famille.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: La chance est une compétence)

Ne vous rendez pas malade pour un travail, un travail reste un travail, et ce n’est pas parce que vous êtes critiqué ou malmené par votre hiérarchie que ça veut dire qu’ils ont raison. Sans forcément parler de jalousie ou de toxicité, ils reportent sur vous la pression qu’ils ont sur eux.

La révolution industrielle c’est fini, je pense honnêtement que le monde du travail et les relations employeurs/employés ou chefs/subordonnés (comme beaucoup de choses d’ailleurs) doivent être entièrement repensées.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: L’histoire fascinante d’Abraham Lincoln)

Je pense que les employés doivent être mieux respectés et être directement intéressés sur les résultats (comme on peut le voir dans la société Chèque Déjeuner par exemple, qui est une Société COopérative de Production (SCOP): « Une coopérative est un groupement de personnes poursuivant des buts économiques, sociaux et éducatifs communs, par le moyen d’une entreprise dont le fonctionnement est démocratique et la propriété collective. »). Je pense que c’est une bonne piste à explorer.

Je vous conseille également de voir le film « Capitalism: A Love Story » de Michael Moore qui est très bien fait et qui apporte des débuts de réponse sur l’économie, le monde du travail…

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Comment gagner un débat dans 100% des cas)

Les individus doivent se sentir bien dans leur environnement professionnel, c’est primordial…encore une fois vous allez passer plus de temps sur votre lieu de travail que dans votre propre logement…le but évidemment est de ne pas aller au boulot avec des pieds de plomb ou encore la boule au ventre.

Note: Vous allez rire, mais en tant qu’indépendant, parfois le monde du travail (en tant qu’employé) me manque, mais plus pour le côté social. Il n’est pas exclu qu’un jour j’y retourne, pas par nécessité, mais par choix (en complément de mes autres activités)…Ou pour acquérir de nouvelles connaissances/expériences (en étant rémunéré au passage) dans un domaine particulier (par exemple si vous faites de l’investissement immobilier, pourquoi ne pas être agent immobilier pendant un temps…)…ou pas =)

 

Et vous que pensez vous du monde du travail à l’heure actuelle en France ? Est-ce que ce que j’expose dans cet article vous parle ?


4 réflexions au sujet de « Le monde du travail… »

  1. Le monde du travail en France tend de plus en plus à considérer les employés comme des éléments non-humains des Entreprises.
    Au même titre qu’un mobilier de bureau, une imprimante ou une machine outil.
    Le collaborateur devient un consommable.
    On optimise à outrance, on « lean » (et je suis pourtant convaincu par le lean) au profit des actionnaires.
    Beaucoup trop au détriment des collaborateurs, de leur attachement à l’Entreprise, de leur motivation à faire progresser leur Sté.
    Les cadres deviennent des mercenaires et leurs objectifs visent à satisfaire leurs intérêts personnels sans regard sur l’avenir de l’Entreprise pour laquelle ils œuvrent.
    Autre grande « mode » : le présentéisme
    Rester tard, à ne rien faire ou pas beaucoup.
    Masquer son inefficacité, son manque de productivité par de la présence…présence dans le timing (je reste longtemps sur mon lieu de travail) et également présence sur tout projet, toute réunion, laissant croire que je suis débordé et ultra impliqué dans mon Entreprise.
    Faire en 2 ou 3 semaines ce qui est réalisable en 2 jours à grand renfort de réunions, de dossiers énormes sous le bras en arpentant les couloirs des open space l’air pressé et stressé…vu, constaté et pitoyable.
    Le pire c’est que les cadres dirigeants laissent faire, tout en sachant pertinemment qui produit ou ne produit pas.
    Je travaille dans un secteur où l’image est devenue plus importante que la productivité ou l’ego doit être satisfait et surtout pas égratigné.
    Protectorat du pré-carré, pas de vague, faire traîner les choses pour laisser penser que l’on travaille beaucoup, ne pas froisser les susceptibilités, user du matriciel, du transverse, avancer en crabe, jouer de stratégie, de diplomatie,quitte à mettre 3 fois plus de temps pour concrétiser un projet…épuisant et inefficace.
    Mon épouse travaille dans une Entreprise qui a vu tout son management évoluer (et pas dans le bon sens) depuis sa capitalisation en bourse.
    L’employeur déplore le manque d’implication du collaborateur qui lui même déplore le manque d’implication de son employeur et son manque cruel de considération envers lui.
    Pour autant, les 2 sont sensés avoir les mêmes objectifs…Travailler en équipe pour la prospérité de l’Entreprise et en retirer un bénéfice pour tous.

    • Oui je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Mais comme tu le dis toi-même, ceux qui font semblant de travailler, ça se voit tout de suite.

      D’ailleurs dans une entrerprise, en général, 20% des employés réalisent 80% du travail…

      Quand on sait ça et quand on sait qu’un employé en France est productif 3 heures par jour…

      Comme tu dis il ne faut pas confondre le fait de faire acte de présence et d’etre productif…ça c’est très américain, ils ont « 3 boulots », ils font des heures…mais ils passent leur temps sur Facebook ou sur leurs smartphones…ça nous avait particulièrement choqué à Miami (les employés de la mairie de Miami, notamment). Et contrairement à ce qu’on pense, les américains sont 3 fois moins productifs que les français…

      Par contre ceux qui font des heures et qui bossent vraiment, bravo !

  2. Merci Chris pour cet article passionnant!

    Il est clair que le monde du travail en tant que salarié est un monde de requins ou quoi qu’on en dise, c’est chacun pour soit.
    Certains adorent se tirer la couverture et détriment des relations avec les collègues simplement pour gagner 100€ de plus à la fin du mois.
    Pour ma part je préfère 100 fois être égale à moi-même, faire mon travail comme je le sens et non en fonction de ce que pourra penser untel ou untel.
    En tant que salarié, faire des semaines de 60H pour un patron est le quotidien de nombreux d’entre nous. Mais au détriment de quoi? d’une vie de famille sacrifié, d’un temps libre réduit à néant. Moi, je dis non merci. Si seulement c’est gens se contentais de bien faire leur travaille pendant 8 H par jours cela serait amplement suffisant. Je m’arrête la, car je pourrais en parler pendant des heures.

    Au plaisir de te lire Chris.

    David

  3. Bonjour,

    ce système ne durera pas encore très longtemps. L’État ne pourra pas plus nous taxer que 100%. Déjà les grosses entreprises s’installent à l’étranger. Les mauvais qui les dirigent se retrouveront au chômage ou à la retraite avec plus personne pour les payer. Ce sera dans 5 ans ou 20, mais cela arrivera.
    En attendant, préparez votre indépendance financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge