Un autre regard sur Rockefeller… [Stress]

Rockefeller à 18 ansJohn D. Rockefeller Sr., avait fait son premier million à l’âge de 33 ans. À l’âge de 43 ans, il avait construit le plus grand monopole que le monde ait jamais vu, la Standard Oil Company.

Mais où en était-il à 53 ans ? Le stress, l’hyper tension avaient déjà détruit sa santé. À 53 ans, il «ressemblait à une momie», déclare John K. Winkler, l’un de ses biographes.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: La méthode pour enfin arrêter de stresser et dormir comme un bébé [Article Invité])

A 53 ans, Rockefeller a été attaqué par des maladies digestives qui ont balayé ses cheveux, même ses cils, lui restant juste une légère mèche de sourcil. « Sa condition était si grave », explique Winkler, « Qu’à un moment John D. a été contraint de boire du lait maternel. » Selon les médecins, il avait une alopécie, une forme de calvitie qui commence souvent avec des problèmes nerveux.

Rockefeller avait d’abord été béni avec une santé de fer. Élevé à la ferme, il avait une solide constitution.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Avis: « Comment dominer le stress et les soucis »)

Pourtant, à seulement 53 ans, quand la plupart des hommes sont dans la force de l’âge – ses épaules tombaient et il marchait en trainant les pieds. « Quand il s’est regardé dans un miroir », déclare John T. Flynn, un autre de ses biographes, « il a vu un vieil homme. Le travail incessant, l’inquiétude sans fin, les abus, les nuits sans sommeil, et le manque d’exercice et de repos » ont fait des ravages, il était à genoux.

Il était maintenant l’homme le plus riche du monde, et pourtant il devait vivre sur un régime alimentaire qu’un « pauvre » aurait dédaigné. Son revenu à l’époque était d’un million de dollars par semaine, mais deux dollars par semaine aurait probablement payé pour tout la nourriture qu’il pouvait manger. Du lait et quelques biscuits étaient tout ce que les médecins lui permettaient. Sa peau avait perdu sa couleur et elle ressemblait à un vieux parchemin serré sur ses os. Et rien d’autre que les soins médicaux, les meilleurs que l’argent peut acheter, l’ont empêché de mourir à l’âge de 53 ans.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Ectomorphes: Tout n’est pas perdu !)

Comment est-ce arrivé ?

Du stress. De la pression et de l’hyper tension. Il s’est dirigé lui-même littéralement au bord de la tombe.

Même à l’âge de 23 ans, Rockefeller était déjà à la poursuite de son objectif avec une volonté inflexible de telle sorte que, selon ceux qui l’ont connu, « rien n’illuminait son visage à l’exception d’une nouvelle bonne affaire. » Quand il faisait un gros profit, il faisait une petite danse. Mais s’il perdait de l’argent, il était malade! Il a une fois livré $ 40 000 de céréales en passant par les Grands Lacs, sans assurance, ça « coûtait trop cher »: $ 150. Cette nuit-là une violente tempête avait fait rage sur le lac Érié. Rockefeller était si inquiet de perdre sa cargaison que lorsque son partenaire, George Gardner, est arrivé au bureau le matin, il a trouvé John D. Rockefeller faisant les cent pas.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Et la sieste, vous y avez pensé ?)

« Dépêchez-vous, » il tremblait. « Voyons voir si nous pouvons prendre une assurance maintenant, si ce n’est pas trop tard! » Gardner s’est précipité en ville et a obtenu l’assurance, mais quand il est revenu au bureau, il trouva John D. dans un pire état de nerfs. Un télégramme était arrivé dans l’intervalle: la cargaison était arrivée à bon port, épargnée par la tempête. Il était plus malade que jamais parce qu’il avait « perdu » $ 150! En fait, il était tellement malade à ce sujet qu’il a dû rentrer à la maison et se mettre au lit. Pensez-y! A cette époque, son entreprise faisait plus de $ 500 000 de CA par an et pourtant il s’est rendu tellement malade avec ces $ 150 qu’il a dû aller se coucher.

Il n’avait pas de temps pour jouer, pas de temps pour les loisirs, le temps de rien, sauf de l’argent et l’enseignement à l’école le dimanche. Lorsque son partenaire, George Gardner, a acheté un yacht d’occasion, avec trois autres personnes, pour $ 2 000, John D. était consterné, et a refusé d’aller à son bord. Gardner le trouva au travail un samedi après-midi, et lui demanda: « Allez, John, nous allons faire un tour en bateau ça vous fera du bien. Oubliez le business. Amusez-vous un peu. » Rockefeller lança un regard noir. « George Gardner, » a t-il dit « vous êtes l’homme le plus extravagant que j’ai jamais connu. Vous allez démolir notre business. Non, je n’irai pas sur votre yacht, je ne veux plus jamais en entendre parler ! » Et il est resté dans le bureau tout le samedi après-midi.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Relaxez-vous en 2 minutes !)

Le même manque d’humour, le même manque de perspective, caractérisait John D. tout au long de sa carrière. Des années plus tard, il a dit: « Je n’ai jamais mis ma tête sur l’oreiller avant de m’endormir sans me rappeler que mon succès ne serait que temporaire. »

Avec des millions à gérer, il n’a jamais mis sa tête sur son oreiller sans craindre de perdre sa fortune. Pas étonnant que le stress ait détruit sa santé. Il n’avait pas le temps pour le jeu ou les loisirs, n’était jamais allé au théâtre, n’avait jamais joué aux cartes, n’était jamais allé à une fête. Comme Mark Hanna a dit, l’homme était obsédé par l’argent. « Sain à tous les autres égards, mais fou de l’argent. » Rockefeller a un jour confessé à un voisin à Cleveland, dans l’Ohio, qu’il « voulait être aimé », et pourtant il était si froid et soupçonneux que peu de gens l’aimaient bien. J.P Morgan ne voulait pas faire des affaires avec lui. « Je n’aime pas l’homme, » grognait-il. « Je ne veux rien avoir à faire avec lui. »

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 5 astuces pour gérer son stress)

Son propre frère haïssait Rockefeller, tellement qu’il a fait enlever les corps de ses enfants du caveau familial. « Personne de mon sang, » a t-il dit « ne reposera jamais sur des terres contrôlées par John D. »

Employés et associés ont vécus dans la crainte de Rockefeller, et c’est là le plus ironique: il avait peur d’eux, peur qu’ils parleraient en dehors du bureau et « révéler les secrets ».

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Comment optimiser son sommeil et se réveiller en pétant la forme !)

Il avait si peu de foi dans la nature humaine qu’une fois, quand il a signé un contrat de dix ans avec un raffineur indépendant, il lui a demandé de lui faire la promesse de ne rien dire à personne, pas même à sa femme ! « Tais-toi et fais marcher ton business » était sa devise. Puis, à l’apogée de sa prospérité, avec de l’or qui coulait dans ses coffres comme la lave chaude coulait sur les flancs du Vésuve, son monde s’est effondré.

Livres et articles dénonçaient les pratiques des escrocs de la Standard Oil Company – rabais secrets avec les chemins de fer, l’impitoyable écrasement de tous ses rivaux. Dans les champs de pétrole de Pennsylvanie, John D. Rockefeller était l’homme le plus haï de la planète. Son effigie a été pendue par les hommes qu’il avait écrasé. Beaucoup d’entre eux avait envie de nouer une corde autour de son cou flétri et le pendre à la branche d’un arbre.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Comment je suis passé de 71 à 88 kgs en 1 an !)

Des lettres enflammées arrivaient en grande quantité dans ses bureaux, des lettres menaçant sa vie. Il embaucha des gardes du corps pour empêcher ses ennemis de le tuer. Il a tenté d’ignorer cette tempête de haine. Il avait dit cyniquement: « Vous pouvez me frapper et me violenter mais ça ne m’empêchera pas de faire ce que je veux. » Mais il a découvert qu’il était humain après tout. Il ne pouvait pas surmonter toute cette haine et le stress engendré. Sa santé a commencé à se fissurer. Il était perplexe et déconcerté par ce nouvel ennemi, la maladie qui l’a rongé de l’intérieur. Au début, « il est resté discret sur ses indispositions occasionnelles, » et a essayé de ne pas y penser. Mais l’insomnie, l’indigestion et la perte de ses cheveux – tous les symptômes physiques du stress et de l’effondrement ne pouvaient plus être ignorés. Enfin, ses médecins lui ont dit la choquante vérité. Il devait faire un choix: son argent et son stress, ou sa vie. Ils l’ont averti qu’il devait prendre sa retraite ou mourir. Il a pris sa retraite.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Alzheimer: le remède !)

Mais avant de prendre sa retraite, le stress, l’avidité, la peur avaient déjà détruit sa santé.

Lorsque Ida Tarbell, la plus célèbre biographe américaine, l’a vu, elle a été choquée.

Elle écrit: « Un âge terrible était sur son visage, il était le plus vieil homme que j’ai jamais vu. ». Vieux ? Pourquoi,

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: De l’amitié…)

Il était tellement une épave qu’Ida Tarbell a eu pitié de lui. Elle avait mis tant de temps et d’effort sur son livre qui a condamné la Standard Oil; qu’elle n’avait certainement aucune raison d’avoir de la compassion pour l’homme qui avait construit cette « pieuvre ». Pourtant, elle a dit que quand elle a vu John D. Rockefeller enseigner à une classe d’école du dimanche, se méfiant et dévisageant tous ceux qui l’entouraient: « J’ai eu un sentiment que je n’avais pas prévu, et que le temps avait intensifié. J’étais désolé pour lui. Je ne connais pas compagnon si terrible que la peur. »

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 14 choses que les personnes qui ont confiance en elles ne font pas)

Quand les médecins ont entrepris de sauver la vie de Rockefeller, ils lui ont donné trois règles – trois règles qu’il a observé, à la lettre, pour le reste de sa vie. Les voici:

● 1. Évitez de vous inquiéter. Ne vous souciez de rien, qu’elles que soient les circonstances.

● 2. Détendez-vous et faites beaucoup de légers exercices en plein air.

● 3. Surveillez votre alimentation. Ne mangez pas jusqu’à satiété, arrêtez-vous alors que vous avez encore un peu faim.

John D. Rockefeller obéissa à ces règles, et elles lui ont probablement sauvé la vie. Il a pris sa retraite. Il a appris à jouer au golf. Il faisait du jardinage. Il bavardait avec ses voisins. Il jouait. Il chantait des chansons.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 10 choses que les gens qui réussissent font différemment pour réaliser leurs rêves)

Mais il a fait quelque chose d’autre aussi. « Durant les jours de torture et les nuits d’insomnie », explique Winkler, « John D. eu le temps de la réflexion. » Il a commencé à penser aux autres. Il cessa de penser, pour une fois, à la façon d’obtenir beaucoup d’argent, et il commença à se demander comment cet argent pourrait être utile et acheter du bonheur pour les autres.

En bref Rockefeller commençait à donner ses millions ! De temps en temps ce n’était pas si facile. Quand il donnait de l’argent à une église, des personnes dans tout le pays criaient à « l’argent sale ! »

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Personnes qui ont de la force de caractère: les 13 choses qu’elles évitent de faire)

Mais il a continué à donner. Il a entendu parler d’un petit collège sur les rives du lac Michigan qui allait être fermé en raison de problèmes financiers. Il est venu à son secours et a versé des millions de dollars dans ce qui est aujourd’hui devenue l’Université de Chicago. Il a aidé à lutter contre l’ankylostome. Lorsque le Dr Charles W. Stiles, l’autorité dans ce domaine, a déclaré: « Cinquante centimes de dollar » de médicaments peuvent guérir un homme de cette maladie qui ravage le Sud, mais qui va donner les cinquante centimes ? » Rockefeller les a donné. Il a dépensé des millions sur l’ankylostome, le plus grand fléau qu’ait jamais handicapé le Sud. Et puis il est allé plus loin. Il a établi une grande fondation internationale – la Fondation Rockefeller, dont le but était de combattre la maladie et l’ignorance dans le monde entier.

En Chine en 1932, le choléra faisait rage partout dans le pays. Les paysans chinois mouraient comme des mouches, et pourtant, au milieu de toute cette horreur, aussi bien les chinois que les étrangers ont pu aller au Collège médical Rockefeller à Pékin et obtenir un vaccin.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: PERSONNES TOXIQUES, comment les identifier (et s’en protéger))

Jamais auparavant dans l’histoire n’a jamais existé quelque chose comme la Fondation Rockefeller. C’est quelque chose d’unique. Rockefeller savait que partout dans le monde il y a beaucoup de beaux mouvements que des hommes mettent en place. La recherche est entreprise, les collèges sont fondés, les médecins luttent pour combattre la maladie, mais que trop souvent, ce noble travail est condamné par manque de fonds. Il a décidé d’aider ces pionniers de l’humanité et non pas de les « prendre en charge », mais de leur donner un peu d’argent et les aider à aider eux-mêmes. Les miracles de la pénicilline et des dizaines d’autres découvertes (méningite cérébro-spinale, une maladie qui tuait quatre enfants sur cinq; une partie de la percée effectuée sur le paludisme et la tuberculose, la grippe et la diphtérie, et de nombreuses autres maladies) ont été financées par son argent.

Et que dire de Rockefeller ? Quand il a donné son argent, a t-il gagné la paix de l’esprit ? Oui, il était content maintenant.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 8 raisons pour lesquelles vous n’arrivez pas à vous sortor de « l’effet plateau » !)

Rockefeller était heureux. Il avait tellement changé qu’il n’avait plus de soucis. En fait, il a même refusé de perdre le sommeil d’une nuit quand il a été forcé d’accepter la plus grande défaite de sa carrière !

Cette défaite est venue quand la société qu’il avait bâtie, Standard Oil, a été condamnée à payer « la plus lourde amende de l’histoire. » Selon le gouvernement des États-Unis, la Standard Oil était un monopole, en violation directe des lois antitrust. La bataille a fait rage pendant cinq ans. Les meilleurs avocats du pays se sont battus interminablement dans ce qui était, jusque-là, la guerre la plus longue dans l’histoire de la justice. Mais Standard Oil a perdu.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 38 personnalités qui ont échoué au départ)

Lorsque le juge Kenesaw Mountain Landis a rendu sa décision, les avocats de la défense craignait que le vieux John D. la prendrait très mal. Mais ils ne savaient pas à quel point il avait changé.

Un soir un des avocats a appelé par téléphone John D. Il a expliqué la décision aussi calmement qu’il le pouvait, puis il a dit avec inquiétude: « J’espère que vous ne laisserez pas cette décision vous contrarier, M. Rockefeller. J’espère que vous aurez votre nuit de sommeil ! »

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Les 3 livres qui m’ont le plus inspiré !)

Et le vieux John D. répondit à son tour: « Ne vous inquiétez pas, M. Johnson, j’ai l’intention de passer une bonne nuit. Et ne vous en faites pas non plus; bonne nuit..! »

On est loin de l’homme qui avait dû aller se coucher parce qu’il avait perdu $150 ! Oui, il a fallu du temps à John D. pour conquérir son stress. Il était sur le point de mourir à 53 ans, mais finalement il a vécu jusqu’à ses 98 ans !

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: En parlant d’amour…)

 

Note: Si on rapporte sa fortune aux standards actuels, John D. Rockefeller « pèserait » 663.4 milliards de dollars (dollars de 2007; hallucinant mais vrai; cf. Wikipedia) ce qui en fait l’homme le plus riche de tous les temps, à côté Bill Gates, Warren Buffett ou encore Carlos Slim sont des petits joueurs…sachant qu’il venait d’une famille pauvre et qu’il est parti de rien.

John D. Rockefeller avait 2 rêves à l’âge de 18 ans: gagner $ 100 000 (une grosse somme à l’époque) et vivre jusqu’à l’âge de 100 ans…on peut dire qu’il les a accompli…

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Comment gagner un débat dans 100% des cas)

Des généalogistes retracent les origines de la famille Rockefeller en France chez les huguenots (protestants) qui avaient été obligés de quitter le pays et aller en Allemagne pour fuir les persécutions au 17ème siècle.

 

La morale de cette histoire est que l’on peut conquérir le stress quoiqu’il arrive dans nos vies…comme Rockefeller que tout le monde haïssait, qui recevait des menaces de mort, qui jonglait avec des millions de dollars, et qui était à la tête d’une entreprise de plus de 100 000 employés…

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: L’histoire fascinante d’Abraham Lincoln)

 

Cela vous donne t-il du courage pour faire face à vos peurs, angoisses, stress ? Quelle est votre hygiène de vie pour combattre le stress ?

Note: Cet article est inspiré d’un passage du livre de Dale Carnegie: « How to stop worrying and start living » (en français: « Comment dominer le stress et les soucis » ).

 


6 réflexions au sujet de « Un autre regard sur Rockefeller… [Stress] »

  1. merci,je ne connaissais pas l’histoire de Mr Rockfeller, c’est hallucinant mais tellement vrai que le stress nous conduit à la tombe, d ifficile pourtant de s’en débarrasser, il n’est pas toujours lié à l’argent mais à la peur de…………

    • Sylviane, Merci pour ton retour !

      Oui on a tendance à stresser pour tout et n’importe quoi…y compris pour des choses très futiles !

      A très bientôt,
      Chris

  2. J’ai entamé il y a quelques mois une formation passionnante à ce sujet, le neurocognitivm, qui apporte un éclairage biologique et cérébrale au stress et surtout, comprenant le pourquoi , cela donne des solutions absolument renversantes à la question comment le gérer?

    Voici un extrait d’un de mes article a ce sujet, je t’invite a jeter un œil dans la rubrique cerveau si ça t’intéresse :

    la nature du signal stresseur: Pour les animaux, c’est un signal externe (l’antilope qui sent la présence des lionnes) ; pour l’homme, c’est un signal interne (la vision que chacun possède d’une situation). Pour limiter le stress, nous pouvons donc, a priori, travailler sur 2 axes : réduire la cause de stress externe, ou changer notre vision interne de la situation. Pour les traders que nous sommes, réduire la cause externe reviendrait a abandonner notre activité pour aller élever des chèvres dans le Larzac; je ne suis pas sure que la majorité d’entre vous sera séduit par cette option. Reste donc à changer notre vision pour limiter notre stress et accroitre nos performances.

  3. Merci Chris pour ce bel article. C’est vrai que jusqu’a présent l’on ne connaissait Rockefeller que pour etre un grand industriel mais l’on ne savait pas qu’il a du payer tres cher sa richesse. Heureusement qu’il s’est ressaisi a temps et que finalement son argent a aussi beaucoup servi la bonne cause.
    Merci encore pour ces infos.
    Yoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge