Les 5 regrets des personnes en fin de vie

HHSUne infirmière australienne, Bronnie Ware, a répertorié les regrets les plus fréquents des personnes sur le point de mourir dans son livre intitulé « The Top Five Regrets of The Dying » (« Les 5 regrets des personnes en fin de vie » pour la version française).

Une chose sur le regret avant de vous présenter la liste. Il est important de se rappeler que quel que soit le stade où nous nous trouvons dans notre vie, il ne faut pas s’enfermer dans le regret. Et tant qu’on a pas passé l’arme à gauche, tout peut encore changer. Ne laissons pas le passé dicter la façon dont nous devons nous sentir maintenant. Au contraire, nous pouvons utiliser le passé comme un point de référence pour comprendre quels ajustements nous devons faire dans nos vies. Ces ajustements ne doivent pas forcément passer par la douleur, la tristesse, le regret ou le jugement, mais simplement dans le choix de faire les choses différemment. Laissons la sagesse des personnes en fin de vie, à travers cette liste, nous guider à vivre justement notre vie le mieux possible.

Et rappelons-nous que chaque moment est un nouveau choix !

Voici la liste de chaque regret avec, à chaque fois, un extrait du livre.

1. J’aurai voulu avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais, pas la vie que les autres attendaient de moi.

« C’était le regret le plus fréquent. Quand les gens se rendent compte que leur vie est presque finie et regarde clairement en arrière, il est facile de voir combien de rêves n’ont pas été réalisés. La plupart des gens n’ont pas réalisé la moitié de leurs rêves et sont morts en sachant que cela était dû à des choix qu’ils avaient fait, ou pas fait. La santé apporte une liberté, et très peu s’en rendent compte, jusqu’à ce qu’ils ne l’aient plus.  »

Ware a constaté que beaucoup de gens sont embarqués dans ce que les parents, enfants, conjoints, mentors ou patrons… bien intentionnés veulent pour eux. Par conséquent, ils leur a été impossible – comme Joseph Campbell l’a dit – de trouver le bonheur. Tout est plus important que de trouver votre propre chemin – et d’accepter les responsabilités et les obligations qui vont avec. Cependant, cela demande du courage et de la détermination pour dire non aux attentes de la famille, des amis, des collègues de travail ou de «la société» en général. Les personnes en fin de vie nous rappellent que notre temps ici est plus court que nous le pensons. La santé nous donne la liberté de poursuivre nos rêves. Une fois qu’elle est partie, nous perdons la capacité de vivre la vie que nous avions imaginé.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: Le monde du travail…)

2. J’aurai souhaité ne pas travailler aussi dur.

« Cette réponse a été donnée par tous les patients de sexe masculin dont je me suis occupé. Ils ont raté la jeunesse de leurs enfants et la compagnie de leur partenaire. Les femmes ont également parlé de ce regret, mais comme la plupart venaient d’une génération plus ancienne, la plupart des patientes ne soutenaient pas financièrement la famille. Tous les hommes que j’ai soigné, ont profondément regretté le fait de consacrer autant de leur temps au travail. »

Je vois ce que Ware veut dire ici, mais elle aurait pu trouver une formule différente pour ce regret. Beaucoup de gens trouvent un sens, un but et même un sentiment d’identité dans leur travail. Le travail conduit souvent à un sentiment d’avoir mérité sa réussite. Travailler dur peut être l’une des plus grandes satisfactions de la vie, surtout si cela vous offre la possibilité d’exprimer vos talents. Donc, je me risquerai à dire que le fait de travailler dur n’est pas ce que regrette la personne en fin de vie mais plutôt travailler trop et perdre l’équilibre dans leur vie. Et les bourreaux de travail sacrifient souvent beaucoup pour si peu. Un mode de vie plus simple, moins matérialiste, par exemple, permet de raccourcir les heures de travail, et d’obtenir une plus grande liberté et d’avoir plus de loisirs.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: La procrastination structurée)

3. J’aurai aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments.

« Beaucoup de gens refoulent leurs sentiments afin de maintenir la paix avec les autres. En conséquence, ils n’ont jamais réalisé leur plein potentiel. Beaucoup ont développé, par la suite, des maladies relatives à l’amertume et au ressentiment qu’ils portaient en eux. »

Ce n’est pas le cas pour tout le monde, bien sûr. J’ai connu des gens qui disent tout ce qu’ils pensent ou ce qui leur passe par la tête. Mais d’autres vont traverser la vie en intériorisant leurs opinions et leurs émotions, souvent juste pour avoir la paix. Ce n’est pas seulement frustrant, mais c’est aussi comme si cette personne vivait dans le mensonge. Ware souligne le fait que, bien que vous ne pouvez pas contrôler les réactions des autres, honnêtement parlant soit cela fait passer une relation saine à un niveau supérieur ou soit cela élimine une relation malsaine. Dans les 2 cas, vous êtes gagnant.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: De l’amitié…)

4. J’aurai souhaité rester en contact avec mes amis.

« Souvent, ils ne réalisent pas vraiment tous les avantages d’avoir de vieux amis jusqu’à leurs derniers jours et il n’est pas toujours possible de retrouver leur trace. Beaucoup étaient devenus tellement pris dans leur propre vie qu’ils ont laissé filer des amitiés en or. Il y avait beaucoup de profonds regrets de ne pas donner aux amitiés le temps et les efforts qu’elles méritaient. Tout le monde pensent à leurs amis quand ils sont en train de mourir. »

Comme nous avançons dans la vie, nous ne cessons jamais de faire de nouvelles connaissances. Mais, dans mon expérience, les vieux amis sont irremplaçables. Ce sont les hommes et les femmes qui nous ont connus plus longtemps et mieux que quiconque … et ils ont choisi de rester proche de nous quoiqu’il arrive. Cependant, même des amitiés en or s’estompent avec l’inattention ou la négligence. Et vers la fin de nos vies, il peut ne pas être possible de les retrouver.

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 14 choses que les personnes qui ont confiance en elles ne font pas)

5. J’aurai aimé me permettre d’être plus heureux.

« C’est une regret étonnamment fréquent. Beaucoup ne se rendent pas compte jusqu’à la fin que le bonheur est un choix. Ils étaient restés coincés dans de vieilles habitudes. Le soi-disant «confort» familier a débordé dans leurs émotions, ainsi que dans leur vie. La peur du changement a fait qu’ils ont fait semblant auprès des autres et même vis à vis d’eux-mêmes, d’être heureux, quand en fait à l’intérieur, ils aspiraient juste à rire et à avoir un peu de folie dans leur vie.  »

C’est triste le nombre de personnes qui se rendent compte à la fin de leur vie que le bonheur est en fait un travail intérieur – une attitude – pas un ensemble particulier de circonstances. L’inquiétude et le regret peuvent empoisonner la vie et diminuer la seule fois où vous devez être heureux: maintenant !

(Un autre article qui pourrait vous intéresser: 10 choses que les gens qui réussisent font différemment pour réaliser leurs rêves)

Note: Je me suis inspiré de ces articles ici et ici en anglais pour rédiger le mien, et j’ai pris quelques libertés.

 

Quel est votre plus grand regret à ce jour, et qu’est-ce que vous allez faire pour changer la situation ?


4 réflexions au sujet de « Les 5 regrets des personnes en fin de vie »

  1. malheureusement on lit ce genre de témoignage souvent mais les jeunes ne font que suivre le même chemin surtout lorsqu’on travaille pour gagner de l’argent on oublie ,nos amis, notre vie, de s’amuser et ,une fois vieux ,on regrette tout.

  2. Lorsque j’ai eu 40 ans, j’ai réalisé que quelque chose n’allait pas dans ma vie, que je n’étais pas heureuse et que donc ma famille ne l’était pas… j’ai décidé de devenir actrice de ma vie et de changer… cela a commencé par quitter la maison, mon compagnon, mes enfants avec juste 2 valises, puis j’ai réalisé que mon travail ne me convenait plus non plus… j’ai entrepris de nouvelles études dans un nouveau pays, j’ai appris une langue étrangère… j’ai aujourd’hui 54 ans, je ne sais pas de quoi demain sera fait mais je m’en fiche totalement, je suis pleinement heureuse à l’intérieur de moi même et ma vie n’a jamais été aussi riche que depuis que je suis pleinement actrice et non une simple spectatrice…

  3. Ouf,
    C’est par peur d’avoir ce genre de regrets que j’ai quitté mon emploi il y a trois ans pour refaire ma vie au bout du monde.

    Et c’est une décision que je ne regrette vraiment pas, je suis à peu près certain que liste de mes plus gros regret ne comportera pas ces 5 points.

    Et c’est ce qu’il faut que les gens retiennent, osez. « La vie est soit une aventure palpitante, soit rien ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge